Rock-Alsace-Webzine-Rock alsace-Rockalsace-Tout-Le-Rock-independant-underground-en-Alsace

 

http://www.emploi-alsace.com/

 

!!! Pour tous les Zikos !!!

Inscrivez votre groupe !Rockeur, punk, ... zikos de tous horizons et tendances (meme les plus bizarres lol) n'attendez plus et incrivez votre groupes sur le nouveau portail des artistes  européen !!! Pour vous inscrire cliquez ici : http://www.arts-media.eu/.

Annoncez vos concerts, sortie d'album etc...dans  le forum de rockalsace !
Rock'n roll !!

Tam Rock


Le Shopping du Rocker

+ La boutique Rockalsace !


L'actualité Rockalsace!

+ Critique concerts
+ Critique d'album
+ Interview
+ Le cri du rocker !
+ Le mot de Phil !


Calendrier des Concerts !

Partenaires

Webmaster - Infos
Ecrire à Tam Rock 'rock alsace'  Webmaster
Ajouter aux favoris  Favoris
Recommander ce site à un ami  Recommander
Version mobile   Version mobile


la pensée fluide

La pensé fluide

psychosomatique

« …il n’y en aurait été maladroit de justesse s’il avait finalement raté son tirage de vous-même!

-Ohh mais ouiii jeune désinvoltant sacripé! Vous avez d’autant raison que je ne suis femme à mal satisfaire!

-Oh, ça, faut-il dire, je ne sais pas, belle damoiseaux! Oh, je n’ai jamais goûté les plaisirs qu’offre votre bonne graisse.

-Oh, c’est une affaire de temps…il nous faut revenir d’autant d’antan. Là où un soir bien trempé d’alcool vous vous effondriasse pêle-mêlasse sur une couchette et que j’y profitâte sereinement à venir vous taquiner du bout.

-Qu’est-ce qu’à quoi c’qui est dit là!

-Oh, j’entend ainsi mon chère poireau que vous vous ûtai fait chemin par delà mes broussailles sans que de factis vous en eûtes de fin souvenir.

-Oh, bonté très chère j’avais operculé, ais-je qu’analectes pour cerveau. Sûrement n’est moins que non. Oh, donc de facto ma belle lurette vous a été découverte! Quand à sa taille?

-Oh, eh bien sans nul doute que mon brumisateur aurait été plus à son avantage.

-Ah, soulagement que ce soit. Ainsi l’article vous fûtes répertorié, aucune surprise à la livraison donc.

-Oh malheureusement non! La féminine aime être surprise! Sans qu’il y est d’avantage de frivolation externalisante au contexte macro-sexuel, dorénavant « psychosomatique » n’a plus sa place au sein de notre fier « entre jambe » et ferme foufalloune. »

En conséquence de ces mots, Joncricht avance courageusement sa main vers Kystorbie, la fait glisser sous sa jupe dans un geste méchamment bien travaillé et dans un élan d’enthousiasme la met à nu.

Il se roulent vivement dans le vesti-bulle (*1) passent leurs mains partout où il est possible à une main de passer.

Tout en faisant farouchement l’amour, nos sujets créent un dialogue pédagogique.

« Houm tu me rend toute plaisirée, dit-elle.

-Oh je suis consommé, aliéné par toi, répond-t-il.

-WouuHaHA ! »ajoute-t-il par la suite.

Ensuite, nos sujets migrent vers d’autres coins. Ici, ce mouvement pendulaire souvent observable fait suite à une proposition du sujet masculin.

La résistance des meubles est testée (même si elle l’a déjà été). Ensuite, comme l’entente est bonne la paire s’essaye partout, les murs limitrophes, les différentes pièces, puis c’est la sortie à l’extérieur ; la piscine et son flotteur dauphin, le jardin et son sole pleureur, le parking et son anglicisme, la voiture et ses fauteuils velours. Ces bêtes continuent sur un rythme frénétique.

La femelle callée entre son buste et le volant, le mâle, sentant l’expérience toucher à sa fin propose : « Quand dîtes vous? Etes vous partante pour une petite tète-lurette ». L’offre sera acceptée « J’allais vous le proposer et toute bonne volontiète mon cher ». Mais surprise de joie; un regain d’envie se reproduis en ces deux hominidés. L’humain décide de continuer chez l’humaine, il empoigne le volant, il démarre la voiture. Et tandis que la voiture file, la femelle felle. Sur le territoire de la partenaire l’esquisse est la même; les murs tremblent, les meubles s’écroulent, le frigo se vide…etc. Les dégâts sont excessifs, même la frontonette (*2)a été brisée dans cette folie destructrice. Les deux compagnons de jambe ont échoué sur un énorme matelas, ils lèvent la tête vers le plafond où un écran s’allume instantanément. Ils découvrent un documentaire sur les mœurs sexuels des années tentees (2010 quoi!). Nos deux intrépides rient alors de tout leur éclatement en entendant que les hommes s’enroulaient un manteau de latex autour du sex. Et cela pour empêcher un enfant de venir s'introduire dans le couple, et s’assurer contre les maladies graves. Jonchricht était étonné; il n’ont plus besoin de ça, les femmes n’arrivent plus à s’effondrer en ceinte. Un certain abus de contraception a en quelques décennies rendu infertile une grande majorité de femme. Dorénavant, les humains se reproduisent à l’aide d’utérus artificielles.

« Savais-tu ceça?

Bien évident, répondit Kystorbie, je subsiste érudit moi! »

Le couple va de surprises en surprises en remarquant tout l’intérêt que l’humanité accordait au sex. Ils comprennent qu’il restait un tabou tout en étant omniprésent dans les médias, dans l’art, et dans les relations humaines. On parle des Etats-Unis, où le corps mis partiellement à nu est le plus gros argument commercial de vente. Cela valait pour les parfums, les gels douchent, par la suite les voitures, dentifrices ou stylos billes, et même et surtout la musique (la honte même l’art était touché), combien de clip de R’n’B manquaient de femmes pour se trémousser; voyons aucun. On était vraiment dans le gouffre de la créativité originale. Les faibles esprits rêvaient d’un idéal souvent inexistant, la belle femme qui les travaillait tant devenait assez commune sans son maquillage et ses retouches informatiques. Et toutes ces images dégradantes pour la femme, alors qu’on était bien dans le pays de la censure, et de la pudeur (à l’image de Bush un président qui priait tout en envoyant des bombes sur des populations qu’il jugeait étrangères).

Nos deux amants passent de l’étonnement au rire. Parce que maintenant on parle de l’ancienne chaîne TF1 qui utilisait de piteux sujets, prétextes à diffuser quelques images sucrées.Le reportage rapportait : « Ce soir dans combien ça coûte nous recevons Guy. Guy qui a été victime d’une arnaque en payant deux milles euros une strip-teaseuse de 70 ans […] Ouaih euh jsuis dégoûté jvoudrais bien qu’on m’rembourse, ehh, parle-t-il sur un air comique, jsui dégouté du cul maintenant ehh. Clap Clap Clap Clap Clap (applaudissements) hin hin hin hin (rire de ce beauf) Clap Clap hin hin hin Clap hin hin Clap Clap Clap et là «bham» le petit reportage, mettant en scène une petite vieille qui montre ses seins. Ensuite est interrogé une jeune strip-teaseuse qui répond de façon tout a fait professionnelle à l’interrogation « Vous avez vu danser cette dame âgée, pensez vous qu’elle n’atteigne pas le niveau des jeunes danseuses comme vous? » Une petite musique débute et la «ballerine» se met à se tortiller. On balance sa mise à nue, mais quelques parties sont censurés. A cela Kystorbie rigole :

« C’est trop cocasse et pitoyable, les publics étaient de véridiques petits obsédés, des anxieux! Les chaînes restaient incapables de droit de dévoiler leurs images cul-cul alors qu’ils persistaient attirées comme l’eut fûtes des éphémères, de vils insectes appâtés.

-C’est clair! Mon aïeul s’intègre malgré soit dans cette génération, comme le reste de sa souche il contemple encore la pornographie. Même unique fois icelui me débite cela :« Comment une chose si primitive, si naturelle pour l’homme devient si obsédante pour nous. C’est la télé qui nous à rendue comme ça mon ptit! La publicité! Le marketing! Passé 2010 les choses ont commencées à sérieusement mal tournée, j’avais dix ans, j’absorbais ce qu’on me montrait vois-tu. Vous mon petit vous ne pensez jamais au sexe. Ces choses là vous les faites, voilà c’est tout. »

FIN

Explications*

*1 Vesti-Bulle : la pièce équivalente à une salle de bain. On s’y lave au dessus d’une alvéole, lequel crée une bulle énorme de savon qui vous englobe tous le corps jusque dans ses infimes recoins. Ensuite de l’eau est vaporisé depuis cette cavité l’espace d’une seconde, alors le savon mousse. Puis du trou est expulsé un litre d’hydrogène sous pression durant deux secondes, ce qui rince remarquablement bien (ces deux secondes procures une intense satisfaction). Reste encore la phase final; le séchage, qui se fait en une minute.

*2 Frontonnette : la machine amovible qui permettra de faire surgir un mur par projection à n’importe quel endroit: le faux mur n’est pas solide, mais cache la vue et isole totalement du son.


Phil.


Date de création : 09/05/2005 @ 15:15
Dernière modification : 07/08/2005 @ 00:25
Catégorie : Le mot de Phil !
Page lue 2722 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


Annuaire Rock Alsace !

Annuaire des groupes de rock independants d'alsace


Annonces

Utilisation des forums / chat

Les forums tout comme le chat sont un lieu d'échange de discussion, de compétences et d'entraide pour les utilisateurs de Rockalsace
En vous enregistrant ici, vous consentez à ne pas poster de messages injurieux, obscènes, vulgaires, diffamatoires, menaçants, sexuels ou tout autre message qui violerait les lois applicables.
La courtoisie est par principe la base de tout bon échange au sein de ces lieux de discussions.


   up  Haut  up  

Rockalsace - © 2007-2008 - Design Rock-alsace

Site fonctionnant sous GuppY v4.0.3 - Licence Libre CeCILL - © 2004-2006

Page chargée en 0.08 seconde